Un soutien nutritionnel et consultatif

Ces dernières années, on observe une augmentation de la stérilité des couples aussi bien en Grèce qu’à l’étranger. De plus, il a été constaté que la façon dont nous nous nourrissons ne respecte pas les normes méditerranéennes, mais a été remplacée par un régime alimentaire occidental qui a pour effet une augmentation spectaculaire de l’obésité. Un mauvais régime alimentaire est donc un des facteurs avérés par des études qui influence la fertilité chez les femmes et les hommes, même s’ils sont en parfaite santé.

Les troubles de poids peuvent provoquer une gamme de problèmes au niveau de la reproduction à la fois chez des personnes souffrant d’insuffisance pondérale et chez des personnes obèses. Depuis 2009, l’obésité est caractérisée comme une maladie qui s’accompagne de complications qui affectent le sperme, les ovocytes et la capacité de l’implantation de l’endomètre. Pour cette raison, la British Fertility Society recommande les traitements de fecondation in vitro chez les femmes ayant un IMC <25.

En outre, un certain nombre de maladies qui affectent la fertilité, telles que l’endométriose et les maladies auto-immunes sont susceptibles d’être déclenchées par le mode d’alimentation moderne. À la lumière du fait que la nutrition est un moyen thérapeutique, et étant donné qu’il s’agit d’une science basée sur la documentation, le choix du programme de régime est le résultat d’une individualisation en fonction de l’antécédent médical et de l’antécédent famillial.

En tenant compte des directives alimentaires et de la littérature contemporaine, fondées sur les antécédents médicaux de la personne et les besoins particuliers du couple, l’intervention nutritionnelle peut aider à améliorer la capacité de fertilisation et accroître la probabilité de grossesse après une tentative de fécondation in vitro.

Mme Efrosini Tsirou est médecin, nutritionniste spécialisée en endocrinologie, diplômée en diététique de l’Institut universitaire de Technologie de Thessalonique. Elle est titulaire d’un Master 2 portant sur la recherche de la méthodologie médicale, elle est collaboratrice scientifique du département A de la gynécologie-obstétrique et doctorante à la faculté de Médecine de l’Université Aristote de Thessalonique.


POURQUOI EMBRYOLAB?

• Parce qu’Embryolab dispose au sein de l’unité depuis sa fondation d’une nutritionniste formée et spécialisée dans la fertilité.




points-d-excellence2


10anees


ofir