Détermination du pourcentage de spermatozoïdes présentant une fragmentation de matériel génétique DFI

L’infertilité constitue un problème scientifique et social important dans toute l’Europe et les efforts sont concentrés au cours des dernières années pour mieux identifier les problèmes liés à l’infertilité masculine. Une simple analyse de sperme qui determine le nombre, la mobilité et la morphologie des spermatozoïdes est le principal examen pour évaluer la fertilité masculine.

Toutefois, le simple spermogramme ne permet pas d’examiner des paramètres tels que la qualité du matériel génétique des spermatozoïdes.La recherche scientifique a fait savoir que le matériel génétique du sperme est « programmé » à subir de nombreux changements au cours de sa maturation. Ces changements permettront aux informations très utiles de son ADN d’être transférées invariantes et dynamiques à l’ovocyte. Mais cela rend également le sperme particulièrement vulnérable aux erreurs, essentielles à la fois à la capacité de fertilisation et à la viabilité de l’embryon qui se produira.

Ces données ont conduit à la nécessité d’une évaluation plus complète du sperme et à la mise en œuvre de tests plus spécifiques, qui déterminent le taux de fragmentation de l’ADN des spermatozoïdes (DFI). Les études menées à ce jour ont montré que les «erreurs» dans la condensation du processus de l’emballage de l’ADN sont relativement nombreuses, ce qui entraîne de multiples «fractures» dans la chaîne du matériel génétique.

Les résultats recueillis confirment que les échantillons de sperme avec augmentation du pourcentage de spermatozoïdes dont le matériel génétique est fragmenté sont directement liés à:
• un faible taux de fécondation dans les tentatives de fécondation in vitro
• une faible qualité des embryons
• un échec de l’implantation de l’embryon dans l’utérus
• un pourcentage élevé de fausses couches soit après une fécondation in vitro soit après une conception spontanée.



Il est maintenant clair pour les spécialistes de la reproduction assistée qu’un échantillon de sperme «normal» ne signifie pas nécessairement aptitude à la fertilisation, ce qui explique souvent sans aucun doute de nombreux cas d’infertilité inexpliquée.

Le phénomène de fragmentation de l’ADN dans le sperme a provoqué l’intérêt intense de la recherche au cours des dernières années afin de déterminer le seuil au-dessus duquel la fertilité masculine est affectée négativement. Avec les données actuelles, il apparaît qu’une proportion « de fragments » plus de 30% est directement liée à l’infertilité. Dans de tels cas, si l’ovocyte dispose des mécanismes correcteurs, cela ne semble pas être suffisant pour la création d’embryons dont la substance génétique sera normale.

Des recherches approfondies montrent que la fragmentation du matériel génétique est causée par différents facteurs pathologiques tels que la varicocèle, diverses infections du système reproducteur, mais aussi par des facteurs de la vie moderne, comme l’exposition à des produits chimiques, les toxines, le tabagisme – actif et du passif, et même les habitudes alimentaires adoptées par chaque personne. Les décisions les plus radicales qui doivent être prises pour réduire le problème sont :
1) la cessation du tabagisme
2) la limitation de la consommation d’alcool
3) l’arrêt de la consommation d’aliments comportant des conservateurs chimiques
4) la consommation de légumes et de fruits riches en antioxydants.

En outre, les vitamines C, E et d’autres semblent améliorer la structure de l’ADN du sperme et donc le taux de grossesse. En cas de taux de fragmentation très élevé, le prélèvement direct de sperme dans les testicules où le pourcentage de «fragmentation» est moindre donne des résultats très positifs.

La recherche sur le sperme et les paramètres qui influent sur sa capacité de fertilisation progresse très rapidement. Les données révélées ont déjà changé la façon de traiter l’infertilité masculine.

Identifier le problème en combinaison avec un traitement antioxydant spécial peut améliorer de manière significative le taux de succès dans la tentative du couple de procréer. La simple analyse du sperme devrait être complétée aujourd’hui avec des examens plus spécialisés afin de proposer une investigation complète.




POURQUOI EMBRYOLAB?

• Embryolab est l’une des rares unités de reproduction assistée au monde qui dispose en son sein d’un Département de Consultation Génétique
• L’examen DFI est effectué à l’Unité par une cytogénéticienne spécialisée.
• La précision des résultats est vérifiée par la participation d’Embryolab au système de contrôle de qualité externe (UKNEQAS).




points-d-excellence2


10anees


ofir