FAQ


Hystérosalpingographie avant la FIV et le Don d'Ovocytes

1. Qu’est-ce qu’une hystérosalpingographie?

Il est un test à rayons X utilisé pour vérifier si les trompes de Fallope sont ouverts, et en même temps, il donne des informations utiles sur la taille et la forme de la cavité utérine.

2. J’ai eu une laparoscopie récemment. Ai-je besoin aussi d’avoir une hystérosalpingographie?

Non, une laparoscopie est une intervention chirurgicale qui donne toutes les informations pertinentes fournies par une hystérosalpingographie, en ce qui concerne le statut tubaire et la présence de l’inflammation.

3. L’hystérosalpingographie est-elle nécessaire avant le traitement de FIV?

L’évaluation des trompes de Fallope est une des enquêtes essentielles effectuées avant le traitement de FIV. Même si les tubes sont contournés lors de la FIV, une hystérosalpingographie peut fournir des informations très importantes sur la possibilité d’une inflammation des trompes, ce qui peut avoir un impact négatif sur les résultats du traitement de FIV. En cas d’obstruction des trompes, il  devra être traité avant le traitement de FIV afin d’obtenir un maximum de résultats du traitement.

4. Dois-je faire l’hystérosalpingographie avant le don d’ovocytes?

De même, une hystérosalpingographie peut exclure la possibilité d’une infection des trompes qui peut avoir un impact négatif sur le traitement de FIV avec don d’ovocytes aussi. Tout cas d’un tube obstrué devra être opéré d’abord, puis un traitement de FIV avec don d’ovules peut suivre, avec d’excellents résultats.

Problèmes de l'endomètre

1. Est ce qu’il y a une limite de l’épaisseur de l’endomètre pour l’implantation?
Il n’y a pas une limite absolue de l’épaisseur de l’endomètre que nous considérons incompatible avec l’implantation, bien que la recherche suggère que l’épaisseur de l’endomètre inférieure à 7 mm est associée avec une possibilité réduite à avoir une grossesse.

2. Qu’est-ce qui arrive si nous avons une épaisseur de l’endomètre maximale de moins de 7mm?
Habituellement, il est suggéré que le cycle soit annulé, et que des instructions soient données pour le cycle suivant. Si dans un cycle ultérieur, et malgré la différente approche par rapport au protocole et aux médicaments, l’épaisseur maximale de l’endomètre reste inférieure de 7mm, on doit envisager une hystéroscopie diagnostique pour exclure la pathologie endométriale.

3. Quel est le rôle de l’hystéroscopie diagnostique dans l’évaluation de l’endomètre?
L’Hystéroscopie diagnostique sert comme un moyen très précis pour diagnostiquer une pathologie de l’endomètre, tels que les adhérences de l’endomètre, l’atrophie endométriale, l’hyperplasie endométriale et les polypes endométriaux. Une fois diagnostiquées, les pathologies de l’endomètre peuvent être gérées avec de la chirurgie hystéroscopique afin de restaurer la cavité à sa morphologie normale.

Syndrome des Ovaires Polykystiques (SOPK)

1. Est-ce que le diagnostic d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) veut dire que je devrai subir une FIV pour tomber enceinte?

Non. Plusieurs femmes sont diagnostiquées avec SOPK, mais la plupart d’entre eux tombent enceinte spontanément. Ayant un cycle régulier, bien que parfois long, le maintien d’un poids corporel normal et l’exercice régulier les aide à éviter des interventions inutiles pendant qu’elles essayent pour une grossesse.

Les femmes qui nécessitent plus souvent une aide sont celles présentant une anovulation, à savoir celles qui n’ont pas un cycle sans avoir d’abord pris des médicaments. Même pour ces femmes la perte du poids et l’exercice peuvent favoriser la fertilité. En tout cas, si un couple essaie pour un an, sans succès, il a besoin d’obtenir des conseils d’un spécialiste comme il peut y avoir d’autres problèmes.

2. Quels sont les effets secondaires / complications que je pourrais attendre, si j’ai d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)?

Une femme souffrant d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) lorsqu’elle subit un traitement de Fécondation In Vitro peut affronter aussi le Syndrome d’Hyperstimulation Ovarienne (SHO). Il y a des différents degrés de gravité, par un ballonnement doux et une petite quantité de liquide dans l’abdomen, très habituel et parfois nécessaire dans le cadre d’une FIV, à une -très rare- réaction sévère et dangereuse pour la patiente qui nécessite de l’hospitalisation.

Aujourd’hui, les différents médicaments que nous utilisons et l’évolution des techniques de la cryoconservation nous donnent la possibilité d’éviter des complications graves en vitrifiant tous les embryons et en reportant le transfert embryonnaire. C’est ce qui nous permet d’avoir des cliniques qui n’ont pas des cas d’hyperstimulation.

3. Quel est l’effet du syndrome des ovaires polykystiques dans le cadre d’une FIV?

Lorsque le syndrome SOPK conduit à l’infertilité, peut être due à une anovulation, il peut facilement être résolu avec une stimulation ovarienne, mais il peut également impliquer d’autres problèmes, tels que des ovocytes immatures.
La maturité des ovocytes ne peut pas être mesurée avec des tests avant la FIV et ne signifie pas que tous les patientes souffrant de SOPK auront un tel problème. Il reste à voir au moment de la ponction des ovocytes. Ce processus de maturation peut affecter la plupart, mais pas la totalité de leurs ovocytes, donc, à travers les protocoles de stimulation et les médicaments que nous utilisons pour la FIV, nous essayons de changer le taux de maturité et obtenir autant d’ovocytes matures que possible pour la fertilisation, afin d’augmenter leur taux de réussite.